Langue

Les langues officielles sont le maltais et l’anglais.

Le maltais est une langue d’origine sémitique écrite dans des caractères latins. Au fil des siècles, elle a incorporé de nombreux mots dérivant de l’anglais, de l’italien et du français.

L’italien est également très répandu.


     
 

Malti - La langue maltaise

La langue maltaise est source de fascination pour les touristes et les linguistes. Les Maltais parlent une seule langue : le maltais, l’unique langue sémitique écrite en caractères latins.

A travers les âges, de nombreux mots, en particulier anglais et italiens, sont devenus partie intégrante de cette langue. L’Anglais, également langue officielle, est très répandu et parlé couramment ; c’est la langue des affaires internationales.

Il est surprenant que les Maltais aient réussi à conserver une seule langue face à tant d’autres apportées par diverses puissances au fil des siècles. Le maltais était principalement une langue uniquement orale, jusqu’à la dernière moitié du XIXe siècle, lorsque ses règles grammaticales furent définies par écrit.

La première preuve écrite du maltais est une ballade de Pietro Caxaro (vers 1485). Les Chevaliers tentèrent également de l’écrire. La survie de la langue est peut-être le testament de la persévérance des Maltais à rester un peuple et une culture différents.
On pense que le maltais provient de la langue des anciens Phéniciens qui arrivèrent à Malte en 750 avant J.-C.

L’influence des Arabes, qui résidèrent sur les îles entre le IXe et le XIIIe siècle, se retrouve clairement dans le maltais, dont les racines sont très proches de l’arabe. Les noms de lieu et les chiffres sont les exemples les plus probants de l’influence arabe sur cette langue.
Pour les personnes non originaires de Malte et désireuses d’en apprendre la langue, le son le plus difficile est semblable au q arabe : un arrêt glottal, presque silencieux mais difficile à maîtriser. Si vous souhaitez apprendre le maltais, plusieurs écoles de langue sur l’île dispensent des cours pour les personnes non originaires de l’île.