Mariages Traditionnels

Les mariages modernes à Malte sont assez semblables à ceux des autres pays européens, ce qui n'était pas le cas dans le passé.

La fille n'a pas toujours été consultée sur le choix de son futur mari. Lorsque les parents de la jeune fille décidaient qu'il était temps que leur fille se marie, ils posaient un pot de bonbons sur un support en pierre contre le mur extérieur de leur maison.Old Maltese Wedding

Si un jeune homme remarquait le pot, il allait alors voir un homme plus âgé qui agissait comme une agence matrimoniale (ħuttab) de sorte que son message fût transmis aux parents de la jeune fille. S'ils acceptaient, un contrat devrait être rédigé et la dot de la jeune fille déterminée. Le jeune homme envoyait à sa bien-aimée un poisson avec un anneau d'or dans sa bouche. La fête des fiançailles était alors être célébrée, elle se nommait «Ir-Rabta".

Au cours de cette fête, la mariée est présentée à son futur mari, en présence des deux groupes de parents. Il lui sera présenté une bague de fiançailles en forme de mains gravées réunies, comme un symbole de fidélité. Elle présentera à son futur mari un mouchoir bordé de dentelle.

Le jour du mariage, un groupe de musiciens et de chanteurs accompagnent le couple à l'église en chantant des louanges au nouveau couple. Des graines, des noix et du blé sont jetés sur eux à leur sortie de l'église. Les invités restent pour le banquet, auquel ils ont souvent contribué, en offrant du vin et de la nourriture. La mariée dîne dans une pièce voisine mais à la fin du repas elle rejoint son mari, s'assoit près de lui et boit dans son verre.

Des danses ont parfois lieu avec des castagnettes, une coutume qui pourrait trouver ses origines sous le règne d'Aragon au 15ème siècle. Au cours du repas, les convives placent leurs cadeaux sur les genoux de la jeune mariée.

Huit jours après la cérémonie du mariage, la mariée quitte la maison de son père, c'est "Il-Harga". Puis elle est accueillie avec tous les honneurs par son mari dans leur nouvelle demeure.

Au cours de la première année de mariage, le mari emmène sa femme à deux festas majeures - la fête de saint Grégoire, qui est célébrée le premier mercredi après Pâques à Zejtun et Marsaxlokk, et à «L-Imnarja" fin Juin. Cette fête commémore le martyre de saint Pierre et saint Paul. La veille de ce jour de fête, de nombreuses personnes se rassemblent à Buskett, une petite zone boisée en dehors de Rabat, pour déguster un ragoût de lapin, siroter du vin et écouter des chants populaires, c'est "l-Ghana».

La mariée portait une coiffure différente pour son mariage. Si elle porte le «Ghonnella», également connu sous le nom "faldetta», cela signifie que la mariée a déjà été mariée. En ce temps là, de nombreuses femmes étaient veuves ; les hommes qui étaient soldats ou marins perdaient souvent la vie alors qu'ils étaient encore jeunes. Si la mariée était une jeune fille, elle portait soit un chapeau (Kappell) ou un voile (mant). Le chapeau est généralement fauve, la robe gris-argent. Le voile et la robe étaient la plupart du temps blancs. 

     
  Les informations communiquées ci-après sont issues d'entités tierces, religieuses ou civiles, et peuvent, parfois, subir des modifications sans que le webmaster en soit informé. Les internautes sont invités à vérifier les lois, règlements et restrictions qui régissent les mariages auprès du registre des mariages maltais pour les mariages civils, et avec les diocèses maltais et gozitains (mariages catholiques romains) et /ou selon leur croyance religieuse auprès des représentations locales correspondantes.