Préhistoire

Les îles maltaises sont riches en sites archéolo-giques et en objets créés, façonnés depuis la nuit des temps par la main de l'homme. Cela étant, de nombreuses zones d'ombre subsistent et très peu de certitudes sont acquises au sujet des croyances et de l'organisation de ces sociétés préhistoriques.

Les temples sousterrains de Malte et Gozo et l'hypogée de Hal Saflieni font partie des plus beaux sites du patrimoine mondial de l'humanité. Ils fascinent aussi bien les touristes que les archéologues.

La présence de l'homme sur l'archipel de Malte est avérée environ 1500 ans avant ce phénomène de construction de temples mégalithiques. Les premiers signes d'une activité humaine à Malte remontent en effet à la période du néolithique,?âge de la pierre polie,?la plus récente de l'âge de pierre, vers 5000 av. J-C. Des traces de cette première présence humaine sur l'île ont été trouvées dans la grotte de Ghar Dalam, proche de Birzebbuga, au sud de Malte. Cette grotte est l'endroit ou furent retrouvés les ossements de plusieures espèces d'animaux préhistoriques, parmi lesquels des éléphants nains.

Lorsque l'homme arrivit sur l'archipel maltais, il trouva probablement un paysage bien boisé, et peuplé d'une faune nombreuse, très différent de l'aspect actuel de l'archipel, plus aride.
Quoi qu'il en soit, ces premiers fermiers durent emporter avec eux tout ce dont ils avaient besoin pour survivre, des animaux domestiques aux semences.

C'est un exploit en soi-même que ces gens ont réussi à traverser de Sicile. Il est probable qu'ils effectuèrent de nombreux voyages en petits bateaux, plutôt qu'en radeau. Les traversées, périlleuses, ne devaient se faire qu'à certaines périodes de l'année,?en fonction des conditions météorologiques.?En plus d'être de bons fermiers, ces premiers hommes devaient donc être d'excellents marins.

Un site préhistorique majeur a été découvert à Skorba,?au Nord de Malte.?Ici, les vestiges découverts permettent d'en savoir plus sur la façon dont vivaient ces premiers occupants : les fragments de poteries similaires à ceux trouvés en Sicile. Ces fermiers troglodytes ont gardé un contact étroit avec leur île d'origine. D'ailleurs, des traces d'obsidienne,?une roche volcanique, et de silex continuèrent d'être importées de Sicile à Malte, pour servir d'outils. Cependant, aucune preuve n'atteste d'un éventuel transfert de culture entre les deux îles.?

Il est probable que ces premières communautés d'agriculteurs aient été animées de croyances spirituelles. On a retrouvé dans le site de Skorba des fragments des plus anciennes représentations de formes humaines : ce sont des figurines féminines facilement reconnaissables, sublimant la femme et indiquant probablement le culte de la " déesse mère ", ou représentant le symbole de la fertilité.

On ne sait pas vraiment ce qui arriva à ces premiers arrivants. Mais vers 3500 AV. J.-C.,?de nouveaux immigrants, probablement originaires, eux aussi de Sicile, s'installèrent et remplacèrent l'homme néolithique de Malte. Elle est connue pour être celle dont les croyances inspirèrent la construction des édifices mégalithiques de Malte et de Gozo.